Home » Technique

Un ancrage, un outil, un noeud L’art de tricoter

4 août 2010 Un commentaire

L’AF ou l’amarrage foré Par Judicaël Arnaud & Raphaël SauzeatComité Spéléo Ardèche

Certains l’appellent lunule, ou bien encore « abalakof », mais nous lui préférons AF en référence à AN. La mise en œuvre de cet ancrage consiste à percer dans la roche un tunnel de petit diamètre (de 8 à 14 mm et de préférence rectiligne) afin d’y enfiler un anneau ouvert d’amarrage.
Comme tous les autres types d’ancrages, sa qualité provient des caractéristiques de son support et de sa pose, mais il présente bien des avantages :
Tout d’abord, sa longévité, grâce à l’inexistence de contrainte mécanique de son support à vide ou d’une liaison chimique entre le support et l’amarrage.
Son impact écologique, à l’échelle planétaire, est réduit car il sollicite peu de matière première manufacturée et une « énergie grise » quasi nulle.
Son coût financier, réduit à un perforateur et une mèche.
Sa réversibilité, grâce à un maquillage facile en cas d’inutilité.
Sa discrétion, pour un enseignement pédagogique des techniques d’équipement toujours performant.

Comme tous les autres types d’ancrage, il a aussi ses inconvénients :
Sa discrétion, peut le rendre invisible aux yeux de certains.
Son utilisation peut être rendue difficile à cause d’une sangle ou d’une cordelette trop large par rapport au diamètre du trou.
L’anneau d’amarrage qui passe à l’intérieur peut être « abandonné ». Mais si cet anneau présente des signes d’usure, il sera alors facile de le changer.

Sa résistance subjective.

Sa mise en œuvre qui nécessite l’utilisation d’un perforateur et la récupération de l’importante poudre de foration.

Cet ancrage est un ancrage de plus dans la panoplie à disposition des spéléologues. Il n’y a pas de systématique dans les techniques d’équipement d’une cavité. Néanmoins, le domaine d’application de cet ancrage est large et son utilisation devrait donc satisfaire le plus grand nombre, sauf les mal voyants !

L’outil : le crochet

L’utilisation de l’AF nécessite le passage d’un anneau ouvert d’amarrage. Cette opération est parfois rendue difficile en raison d’un anneau ouvert trop large par rapport au diamètre de l’AF. Ou bien, les configurations de perçage rendent difficile son passage. Aussi l’emploi d’un crochet facilitera cette utilisation.

Fabrication (10 minutes)

Démonter un essuie-glace de voiture (photo 1)


Avec une pince plate, recourber une extrémité pour constituer un crochet. (photo 2).

Puis avec l’aide d’une lime acier (ou d’un micromoteur Dremel), affûter le crochet afin que celui-ci rentre dans les fibres de la cordelette ou de la sangle (photo 3).

Et enfin grâce à la pince plate, recourber l’autre extrémité afin de constituer un anneau pour y passer un mousqueton (photos 4).


Mise en œuvre

Passer le crochet dans l’AF que vous désirez utiliser (photo 5).


À l’aide du crochet, saisir le bout de la cordelette ou de la sangle (photo 6).

Retirer le crochet, et l’anneau ouvert suivra (photo 7).

Le nœud de Tisserand
L’utilisation de ce type d’amarrage permet de se connecter directement à la corde de progression sans l’intermédiaire d’un mousqueton. Ceci à l’avantage d’alléger le spéléologue sans pour autant affaiblir la chaîne de résistance. Attention, néanmoins, au confort dans la progression. Il est parfois plus judicieux de disposer d’un endroit confortable et identifiable pour se longer. Par conséquence, le nœud de tisserand offre plusieurs avantages : facile à régler, permet une jonction directe avec la corde, se défait facilement, a été testé par l’École Française de Spéléologie lors de la campagne de test sur l’utilisation de la cordelette Dyneema en milieu souterrain.

Réalisation

Prendre les deux bouts de l’anneau et constituer un tisserand simple dans la ganse du nœud (photos 9 et 10).


Bloquer le tisserand avec un nœud de huit plein poing en passant un bout par l’intérieur de l’anneau. Ce qui aura pour effet de fermer l’anneau (photos 11 et 12).


Un commentaire »

  • fresquet said:

    salut
    sur cavité equipée en broches jutilise 1.5 / 2 m de dyn je passe dans la premiere broche neuds tisserand sur corde je passe dans la 2 eme broche et neuds en 8 de plein poind avec plus de 10 cm de cordelette
    peut se faire avec plaquettes ou cat tres leger 22 grammes corde de 8 voir 7 petit resseau plant incliné
    je me suis rendu compte qu il n est pas rare de trouver des mousquetons de traver ou plaquette retournée imposible avec cat ou ma technique
    resistance superieure a la corde pas cher tres leger le top peut se faire avec AF pauvre fabriquand de mousquetons et plaquettes
    qui permet de grande cavités seul ou groupe reduit classique premiere pointe
    plus d info 0684104745
    ps le neud de 8 plein point se defait tres facilement preuve qu il ne force pas et je repette tres securisant bien plus que mousquetons plaquettes prix de 1.5 de dyn 5 € pour 25 g prix de 2 mousquetons leger 14€ pour 48 G et auccun risque de mousquetons mal placer ou de traver on peut tricoter un pecheur double en passant dans broche puiut la corde qui sort sur 2 eme broche puit mousqueton ou dyn