Home » Archive

Articles tagué avec : Ardèche

Magazine »

[7 Juil 2015 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine 90 | ]

Après dix ans d’études et trois ans de travaux, après avoir injecté plus de 50 millions d’euros, après un florilège de procès judiciaires et une myriade de polémiques, après un matraquage publicitaire sans équivalent et une inauguration en grande pompe avec le Président de la République, l’espace de restitution de la Caverne du Pont d’Arc (grotte Chauvet) s’ouvre au public le 25 avril 2015. 3 000 visiteurs sont attendus quotidiennement.

Dimanche 26 avril, le lendemain, je suis avec ma Dame à Vallon-Pont-d’Arc. Nous avons pris nos billets via internet. La visite est prévue pour 11 heures 16 minutes très exactement. Nous sommes ici incognito. C’est notre première fois. Nous n’avons pas effectué de visites inaugurales ou « VIP ». Nous sommes en quelque sorte vierges d’a priori. Le parking est déjà bien encombré. On nous guide pour trouver une place. La file d’attente avant de pénétrer dans l’espace de restitution est conséquente. Nous nous fondons dans le flux touristique de ce jour pluvieux. Nous avons une heure devant nous. Le temps de faire le tour du propriétaire. La conception architecturale de ce « parc préhistorique » est remarquable, et incite à flâner le long des allées. 11 heures, il est temps de rejoindre le début de la visite du fac-similé. Il y a déjà foule. Toutes les 4 minutes un groupe de 20 personnes démarre la visite ! Une famille d’anglais arrive en retard. Bref conciliabule avec les « gentils organisateurs ». Elle rejoint rapidement son groupe puis revient aussitôt : oubli de l’audiophone de traduction. Palabres, elle intègre notre équipe. Nous voilà dans la grotte. Il y a foule. Notre animatrice a été recrutée la veille (?). Elle ne connaît rien à la préhistoire et à la spéléologie en général. Sa voix est inaudible. Les puits sonores ne fonctionnent qu’aléatoirement. Nous sommes ralentis par le groupe de devant et bousculés par celui qui est derrière nous. Quelques gamins, moyennement éduqués, sans surveillance parentale, s’amusent sans vergogne avec les parois de la caverne. Je suis devant le fameux hibou. Je ne ressens aucune émotion. Je suis déçu. Est-ce parce que j’ai eu la chance d’admirer la vraie ? La visite se déroule en un mélange d’admiration par rapport à l’énorme travail de restitution de la grotte et de déception, du fait de la non mise en valeur (spectacle) des fresques. En fait et pour terminer, les concepteurs ont tout simplement oublié de prendre en compte la gestion du flux de visiteurs et la mise en spectacle de l’espace de restitution. Nous en ressortons comme si nous venions de visiter un temple à fric de la préhistoire. Dommage…

Serge Caillault

Magazine »

[18 Juin 2014 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine 86 | ]
Spéléo Mag 68

C’est la fin des départements français… Tel est l’annonce faite, il y a peu, par notre gouvernement actuel. Cette annonce choc a, je crois un objectif : mettre fin au millefeuille territorial spécifique à la France et donc réaliser des économies. C’est supprimer un échelon et éviter les doublons administratifs. C’est garantir ­normalement plus d’efficacité pour un meilleur service auprès du citoyen.

Vous allez me dire, oui et alors ? C’est si loin de nos préoccupations souterraines ? Eh bien, cela a été un big bang dans ma tête, quand j’ai (enfin) compris que cette réforme institutionnelle touchera également notre petite vie de spéléologues locaux ou départementaux. La conséquence est me semble-t-il, si j’ai bien compris, la fin également de nos Comité Départementaux de Spéléologie !

La réforme fait émerger deux piliers, les régions et les intercommunalités. Les départements seront voués à devenir une entité géographique et culturelle ­dépourvue de pouvoirs. Fini les présidents de CDS et autres bureaux sur lesquels on pouvait se référer pour recevoir des subventions, partager nos premières, râler sur la dernière décision de la fédération, discuter technique ou équipement fixe, que sais-je encore !

l’État fixe même des limites : le 1er janvier 2017, la loi établira une nouvelle carte des régions qui n’auront pas fusionné spontanément. En complément, une nouvelle carte intercommunale, « correspondant aux bassins de vie » sera mise en place pour 2018.

Cela veut-il dire qu’il n’y aura plus de bulletins départementaux qui retracent la vie et les découvertes du spéléologue ? Il y aura-t-il alors des ouvrages « intercommunaux » ou régionaux ou pourquoi pas par massifs karstiques ? Tout cela nous éloigne du terrain, peut-être, mais nous devons néanmoins rester vigilants pour que notre pratique sportive (de plein air) et scientifique ne soit pas entravées par de ­nouveaux « petits barons politiques » et que l’intelligence l’emporte…

La période estivale est là. Concentrons nous sur nos futures explorations…

Serge Caillault

Magazine »

[2 Avr 2014 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine 85 | ]

Depuis des années les stations de ski sont engagées dans une fuite en avant : elles construisent toujours plus pour assurer leur fréquentation. L’hiver se termine, la saison de ski également. Les lapiaz se libèrent de leur gangue de neige. Pour les entreprises vivant du sport d’hiver, le repos est de courte durée. C’est le moment de reprendre de nouvelles activités : agrandir le domaine skiable… Au détriment bien entendu du paysage naturel, avec pour conséquence des dégâts irréversibles sur le karst.Combien de gouffres et glacières ont été irrémédiablement bouchés en toute impunité et donc perdus. Des exemples foisonnent sur les massifs de la Pierre-Saint-Martin, du Vercors, des Bauges, du Dévoluy, etc.

La commission du développement durable du Sénat a récemment rendu son rapport : « Patrimoine naturel de la montagne : concilier protection et développement ». Il tient compte d’une évolution des mentalités et des nouvelles contraintes climatiques et économiques. Il se présente (malheureusement) sous la forme d’une énumération de propositions qui ne permet pas d’élaborer des orientations globales pour une politique de la montagne (du karst). Il précise néanmoins pour l’eau en montagne qu’au-delà d’une abondance apparente, il existe un risque réel de raréfaction. Des outils existent comme le schéma d’aménagement et de gestion de l’eau (SAGE) pour assurer la cohérence des usages de l’eau, notamment au regard de la neige de culture (Proposition 37). S’assurer que les études d’impacts prennent en compte tous les problèmes liés à l’environnement notamment au regard des paysages (Proposition 38).

Tout cela pour dire notre conviction que ce patrimoine karstique est bien sûr la propriété des populations qui y vivent et y travaillent mais peut aussi être considéré, par sa richesse exceptionnelle, comme un bien appartenant à tout un chacun. En ces temps de reprise des travaux, ce rapport ne changera pas la face des choses à court terme. Il

montre cependant que nos idées concernant la richesse de notre patrimoine souterrain se diffusent dans l’esprit des élus. C’est un encouragement à continuer, sans cesse, notre travail… de prise en compte de notre activité sportive et scientifique…

Serge Caillault

Magazine »

[31 Déc 2013 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine 84 | ]

J’assistais dernièrement à une rencontre citoyenne de la montagne (de la spéléologie !) dont le thème était « n’est-ce pas le propre de l’Humain d’aimer flirter avec le risque ? ». Notre société est tentée par le principe du « risque zéro » et de son corollaire le « principe de précaution ». Si, au premier abord, l’absence de prise de risque semble séduisante, la réflexion aide à douter de cette réalité. L’Homme aime le risque ! Mais alors pourquoi l’être humain aime-t-il tant le risque ? Une vie sans risque est une vie fade. Vivre dans un monde sans risque reviendrait à vivre dans un monde sans plaisir, sans succès, faire de sa vie une histoire sans dimension…

Le risque est généralement synonyme de dépassement de soi. Et le fait de prendre conscience que l’on progresse, que l’on est utile, est aussi protecteur du stress. Il semble donc important de légitimer une certaine prise de risque. Il ne s’agit pas de prendre n’importe quel risque, bien entendu, mais de ne pas se priver de cette épice de la vie. Celui qui va partir en spéléologie avec les pires conditions météorologiques imagine avant tout qu’il reviendra vainqueur. N’est-ce pas ?

L’être humain aime d’autant plus le risque qu’il est optimiste. L’optimisme aide à transformer les soucis en défis ; il aide à prendre certains risques. L’être humain tirera aussi du plaisir à réussir là où le risque est important. C’est peut-être ce qui va le pousser à récidiver dans la prise de risque ? Le spéléologue (l’alpiniste) qui a réussi un exploit va vouloir certainement recommencer. La prise de risque est nécessaire pour vivre. Elle responsabilise. C’est le droit de vivre. C’est un élément formateur de la personne, une expérience sensorielle et physique, une affirmation narcissique, une forme de sécurité personnelle. Par conséquent, n’y a-t-il pas un vrai danger de chercher à nier la prise de risque ? N’est-ce pas un reflet contradictoire de notre société ? N’est-ce pas plus sain de chercher à canaliser la prise de risque ? En sachant toutefois que celle-ci est fondamentalement différente du danger…

Bonnes explorations 2014

Serge Caillault