Home » Archive

Articles tagué avec : Canyon

Magazine »

[31 Déc 2013 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine 84 | ]

J’assistais dernièrement à une rencontre citoyenne de la montagne (de la spéléologie !) dont le thème était « n’est-ce pas le propre de l’Humain d’aimer flirter avec le risque ? ». Notre société est tentée par le principe du « risque zéro » et de son corollaire le « principe de précaution ». Si, au premier abord, l’absence de prise de risque semble séduisante, la réflexion aide à douter de cette réalité. L’Homme aime le risque ! Mais alors pourquoi l’être humain aime-t-il tant le risque ? Une vie sans risque est une vie fade. Vivre dans un monde sans risque reviendrait à vivre dans un monde sans plaisir, sans succès, faire de sa vie une histoire sans dimension…

Le risque est généralement synonyme de dépassement de soi. Et le fait de prendre conscience que l’on progresse, que l’on est utile, est aussi protecteur du stress. Il semble donc important de légitimer une certaine prise de risque. Il ne s’agit pas de prendre n’importe quel risque, bien entendu, mais de ne pas se priver de cette épice de la vie. Celui qui va partir en spéléologie avec les pires conditions météorologiques imagine avant tout qu’il reviendra vainqueur. N’est-ce pas ?

L’être humain aime d’autant plus le risque qu’il est optimiste. L’optimisme aide à transformer les soucis en défis ; il aide à prendre certains risques. L’être humain tirera aussi du plaisir à réussir là où le risque est important. C’est peut-être ce qui va le pousser à récidiver dans la prise de risque ? Le spéléologue (l’alpiniste) qui a réussi un exploit va vouloir certainement recommencer. La prise de risque est nécessaire pour vivre. Elle responsabilise. C’est le droit de vivre. C’est un élément formateur de la personne, une expérience sensorielle et physique, une affirmation narcissique, une forme de sécurité personnelle. Par conséquent, n’y a-t-il pas un vrai danger de chercher à nier la prise de risque ? N’est-ce pas un reflet contradictoire de notre société ? N’est-ce pas plus sain de chercher à canaliser la prise de risque ? En sachant toutefois que celle-ci est fondamentalement différente du danger…

Bonnes explorations 2014

Serge Caillault

Magazine »

[2 Oct 2013 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine 83 | ]

Au détour de discussions, quand vient le sujet de la pratique de la spéléologie, Il s’avère bien difficile de lutter contre un cliché, bien établi par nos concitoyens, à savoir que les grottes, le monde souterrain en général, se résument à un boyau infâme enduit de boue collante où la claustrophobie est la résultante de cet environnement décrit bien souvent avec une moue de dégoût !

Mais pourquoi n’arrivons-nous pas à ­inverser cette vision rébarbative du gouffre, de la grotte ?

Seule, la passion du spéléologue peut inverser la tendance de cet échange oscillant entre information et communication. Entre la réserve bien ­naturelle du spéléologue et l’exhibition de sa passion sur « grand écran »… Il y a un dédale souterrain à franchir. Et pourtant l’histoire de la spéléologie est la somme de toutes les histoires vécues par les spéléologues. De biens belles et vraies histoires. Peut-être, nous manque-t-il aujourd’hui quelques écrivains « à la Casteret » qui changea de par ses textes bien des images négatives des cavernes et des hommes qui les foulent.

Cette année a été la fête de la découverte des deux plus prestigieux ­gouffres de notre territoire : le gouffre Berger, premier –1 000 de notre histoire et le gouffre de la Pierre-Saint-Martin avec la découverte de l’immense salle de la Verna. C’était il y a 60 ans !

Eh aujourd’hui me direz-vous, sans un brin de malice ? L’exploration est plus ingrate, plus difficile mais procure toujours autant de satisfaction personnelle à qui la pratique. Mais pas seulement, les gens se jugent parce qu’ils irradient. Cette mise en exergue de notre activité peut, je crois se résumer par : tout l’art de la mise en valeur de l’univers souterrain repose sur la capacité du spéléologue à se jouer de la lumière, à la modeler afin de valoriser son sujet, son décor, à s’exprimer sur le mode de la délicate poésie, par exemple. L’étymologie du mot manipulation est conduire par la main…

Serge Caillault

Magazine »

[2 Jan 2013 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine 80 | ]

Nous sommes souvent questionnés sur notre activité : pourquoi pratiquons-nous la spéléologie ? La réponse, certes lapidaire, est par plaisir, pour l’exploration et sa jouissance. Souvent on en bave… On en ch… En nous exprimant à travers le mot plaisir, ne commettons-nous pas une -erreur d’interprétation? Qu’est ce qui nous pousse alors à parcourir le dessous de la Terre ?

Ne nous rendons-nous pas dans les cavités parce que notre moteur interne qui nous motive est le désir plutôt que le plaisir ?
Entre le plaisir et le désir, deux mots qui semblent identiques mais qui sont opposés même si parfois ils se rencontrent, tout en nuance. Nous n’allons pas sous terre quand même pour le plaisir (!). Provocation répondrez-vous ? Que nenni… Le plaisir est chez l’homme une sensation agréable et recherchée. Le désir est une tendance -devenue consciente, qui s’accompagne de la représentation du but à atteindre et -souvent d’une volonté de tout mettre en œuvre pour réaliser ce but. Comme dirait l’autre « l’objet de notre désir est le monde souterrain dans sa totale ­diversité »…

Une nouvelle fois, Spéléo magazine -termine l’année et commence l’hiver en mettant à l’honneur une matière éphémère mais néanmoins esthétiquement -merveilleuse : la glace. Elle est proposée ici dans sa diversité : du moulin de glace au glacier souterrain. Elle passe également par un anniversaire. J’ai même la fâcheuse impression que nous l’avons oublié. Il y a déjà (ou tout juste, c’est selon) 50 ans que débutèrent les aventures hors du temps et la découverte -fondamentale de l’horloge biologique par Michel Siffre qui fera de lui et malgré lui une référence spéléologique auprès du grand public après Norbert Casteret.

Mais cette eau figée, disparaîtra-t-elle un jour de notre planète ? Nous pouvons le penser au regard des indicateurs sans cesse de plus en plus nombreux qui nous sont mis en exergue par
nos scientifiques et le dernier royaume, où l’on pourra certainement contempler cette matière, sera le monde souterrain…

Bonnes explorations 2013
Serge Caillault

Magazine »

[22 Août 2010 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine n°70 | ]

Il y a le camp du politiquement correct, partisan de la poigne de fer et langue de bois. Il y a les «malpolis » dont les discours détonnent, car les propos résonnent faux. Il y a les prêcheurs de la liberté qui deviennent au moindre changement les extrémistes de l’intolérance. Il y a… la liste est sûrement longue. Néanmoins, la bonne pratique de la spéléologie relève également du dialogue, surtout dans un monde qui chamboule toutes nos habitudes.