Home » Archive

Articles tagué avec : karst

Magazine »

[23 Jan 2012 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine 76 | ]

Voici l’hiver… Si nous échangions sur les glacières souterraines pour ensuite mieux les découvrir et les appréhender ? C’est en effet l’occasion d’aborder un univers paradoxal fait de solidité et de mouvement. Univers doublement paradoxale, devrais-je dire, car ce n’est pas au cœur de l’hiver que les glacières sont accessibles à l’exploration. C’est la fin de l’automne qui les voit s’ouvrir pour une période très courte. Ce n’est également qu’une fois le temps des grands froids terminés, à l’aube du ­printemps, que la cavité se dévoile, habillée de ses plus beaux apparats faits de décors translucides aux mille éclats, construit patiemment dans le silence hivernal. Au fil du temps la grotte se transforme, laissant place, à la surprise du spéléologue, à un décorum resplendissant où tout n’est qu’équilibre, à la fois figé et instable, solide et liquide, translucide et coloré !
Il est un fait que depuis quelques décennies, nos glaciers nocturnes s’amenuisent peu à peu. La glace va-t-elle disparaître de nos latitudes ? Encore une question paradoxale lorsque l’on s’intéresse aux deux cavernes présentées dans les pages de ce numéro. L’une, le Chourum Clot dans le massif du Dévoluy, qui ­thésaurise son apport neigeux, nous empêchant de nous insinuer jusqu’à son tréfond, sauf à de rares occasions. Pourtant au fond, tout là-bas, existe un courant d’air prometteur…
L’autre, le gouffre du Scarasson dans les Alpes-Maritimes (cf. Spéléo mag 64 et 68) étudié depuis plus de quatre ans, qui perd inexorablement (à tout jamais ?) son glacier. Néanmoins comme dans un ultime sursaut et pour éviter tout oubli, le gouffre offre au spectateur des bulles uniques et esthétiques qui interrogent les scientifiques. Dernier sursaut avant de laisser la place à un univers minéral immuable ! Dérangée uniquement par quelques curieux méditants sur le passé scintillant de la grotte. Équilibre, tout n’est équilibre. À nous d’essayer de les respecter.
En ce début d’année 2012, l’ensemble de l’équipe de votre revue vous souhaite une excellente année d’exploration.

Serge Caillault

Magazine »

[25 Oct 2011 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine 75 | ]

La notion de « libre accès » aux cavités est une notion bien présente chez nous. Elle est souvent mise en avant, devant les fermetures et les interdictions que nous pouvons parfois qualifier d’excessives. Mais le libre accès nécessite d’être responsable dans la manière de pratiquer notre activité favorite. Mais pas seulement.
Aujourd’hui, la gestion de notre patrimoine souterrain est de plus en plus confrontée à des plans gouvernementaux ou des directives européennes qui, si nous n’y prenons pas garde, diminueront notre accès aux cavités. Certes, et nous en avons bien conscience, il faut de l’énergie et du temps pour marquer notre territoire, par exemple avec la constitution du réseau Natura 2000. Par ce réseau l’Europe s‘est lancée dans la réalisation d’un inventaire des sites écologiques dont les deux objectifs sont : préserver la diversité ­biologique et valoriser le patrimoine naturel de nos territoires par le biais de deux directives : la directive « Oiseaux » et la directive « Habitats faune flore ». Mais ­d’autres possibilités existent…
Avez-vous entendu parlé également du PDESI : Plan Départemental des Sites et ­Itinéraires relatifs aux sports de pleine ­nature ? Ce document recense les espaces, sites et itinéraires où s’exerce l’ensemble des sports de nature. C’est surtout un outil d’aide à la décision, pour prioriser et planifier les actions départementales en faveur des sports de nature !
Connaissez-vous également le concours « Destinations Touristiques Européennes d’Excellence » (EDEN) qui met à l’honneur les destinations particulièrement engagées dans un développement touristique durable. Elle regroupe toutes les destinations (littorales ou intérieures) dont l’offre touristique repose sur des sources d’eau naturelles et qui respectent les ­critères d’éligibilité.
Et enfin, avez-vous connaissance du changement notable pour nos professionnels de la spéléologie et du canyon, lié à la transformation du Brevet d’État en un ­diplôme d’État. Seul un mot change et pourtant les conséquences sont susceptibles de réserver plus d’une surprise…
Heureusement, chaque balade souterraine, avec son lot de souvenirs marquants, m’apporte l’énergie nécessaire pour lutter contre toutes ces restrictions abusives.

Serge Caillaut

Magazine »

[2 Avr 2011 | Un commentaire | ]

L’espace de jeux de toutes les activités de surface, par exemple la randonnée, l’alpinisme, l’escalade, le canyon, etc., pour n’en citer que quelques-unes se restreint au fur et à mesure que le temps s’écoule. Cet état de fait est principalement dû à une urbanisation tentaculaire de nos terres «naturelles». Le terrain libre se rétrécit, parqué, encerclé par des interdictions de pénétrer ici ou là, demandant de plus en plus d’anticipation, d’organisation, d’autorisations pour assouvir pleinement sa passion. J’ajouterais, histoire de cerner au mieux le problème actuel, l’émergence d’une tendance systématique à «ouvrir le parapluie» pour ne pas être tenu responsable de quoi que ce soit. Comme conséquence directe l’apparition de plus en plus fréquente d’interdictions imposées par les propriétaires terriens, les élus communaux, territoriaux…
Le monde judiciaire renforce cet état d’esprit, recherchant, en cas de problème, non pas exclusivement s’il y a eu erreur dans la pratique sportive de l’individu ou du groupe mais à qui appartient le territoire où a eu lieu l’accident !
Je me pose également la question des défenseurs de la nature, pas tous heureusement, qui pour quelques chauves-souries pendues au plafond d’une cavité à quelques quarante mètres de haut sont prêt à en interdire l’accès à tout être humain, sans concertation préalable des utilisateurs de cet espace ! La liberté et la responsabilité sont aujourd’hui en pleine agonie.

Paradoxalement la pratique de la spéléologie s’étend au fur et à mesure des découvertes… élargissant chaque jour son terrain de jeu. Je m’explique. Combien de gouffres et de grottes ont été mise à jour depuis les années 70, offrant ainsi un éventail de possibilités quasi inépuisables. À une époque pas si lointaine, il était courant, les jours de weekends prolongés, d’attendre le passage quatre ou cinq équipes aux entrées des classiques souterraines. Rien de tel aujourd’hui … à se poser la question de savoir où sont passés les spéléos ? Non il n’ont pas disparu, ils œuvrent dans un univers toujours plus grandiose …

Serge Caillault

Magazine »

[11 Août 2010 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine n°69 | ]

Généralement, lors des interviews ou des échanges que je peux avoir avec des personnes complètement étrangères au milieu de la spéléologie, j’ai ces fameuses questions : mais qui êtes-vous, spéléologues? Que cherchez-vous vraiment, làbas, sous terre, dans le noir et l’humidité?