Home » Archive

Articles tagué avec : secours

Magazine »

[2 Oct 2013 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine 83 | ]

Au détour de discussions, quand vient le sujet de la pratique de la spéléologie, Il s’avère bien difficile de lutter contre un cliché, bien établi par nos concitoyens, à savoir que les grottes, le monde souterrain en général, se résument à un boyau infâme enduit de boue collante où la claustrophobie est la résultante de cet environnement décrit bien souvent avec une moue de dégoût !

Mais pourquoi n’arrivons-nous pas à ­inverser cette vision rébarbative du gouffre, de la grotte ?

Seule, la passion du spéléologue peut inverser la tendance de cet échange oscillant entre information et communication. Entre la réserve bien ­naturelle du spéléologue et l’exhibition de sa passion sur « grand écran »… Il y a un dédale souterrain à franchir. Et pourtant l’histoire de la spéléologie est la somme de toutes les histoires vécues par les spéléologues. De biens belles et vraies histoires. Peut-être, nous manque-t-il aujourd’hui quelques écrivains « à la Casteret » qui changea de par ses textes bien des images négatives des cavernes et des hommes qui les foulent.

Cette année a été la fête de la découverte des deux plus prestigieux ­gouffres de notre territoire : le gouffre Berger, premier –1 000 de notre histoire et le gouffre de la Pierre-Saint-Martin avec la découverte de l’immense salle de la Verna. C’était il y a 60 ans !

Eh aujourd’hui me direz-vous, sans un brin de malice ? L’exploration est plus ingrate, plus difficile mais procure toujours autant de satisfaction personnelle à qui la pratique. Mais pas seulement, les gens se jugent parce qu’ils irradient. Cette mise en exergue de notre activité peut, je crois se résumer par : tout l’art de la mise en valeur de l’univers souterrain repose sur la capacité du spéléologue à se jouer de la lumière, à la modeler afin de valoriser son sujet, son décor, à s’exprimer sur le mode de la délicate poésie, par exemple. L’étymologie du mot manipulation est conduire par la main…

Serge Caillault

Magazine »

[7 Oct 2010 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine n°71 | ]

Le retour estival des grottologues marque le bilan d’une riche saison d’explorations souterraines. Cette année, comme toutes les années, la moisson a été fructueuse. Elle marque durablement la vitalité de notre activité. Le karst est sillonné intensivement à la recherche du moindre indice qui ouvrira les portes de la découverte et donc d’un plaisir… rarement sevré, toujours renouvelé, jamais égalé.

Cependant, aujourd’hui encore j’entends la même litanie sur l’age des pratiquants, toujours plus élevé. Sur le renouvellement des effectifs et/ou son augmentation qui ne vient pas, ou alors avec trop de parcimonie.

Dans les faits, la durée moyenne de l’activité est de 3 à 5 ans, quel que soit la tranche d’âge considérée. Néanmoins, si l’on regarde honnêtement notre activité, elle n’a rien de transcendant pour un jeune : aller se foutre dans la boue, jusqu’au cou, dans le froid et l’humidité à l’abri de tout regard ou spectateur.

Alors la réflexion m’amène à dire que certainement la grottologie n’est pas un sport pour les moins de 25 ans ; à part la sortie ou les quelques sorties de découverte ou d’initiation. Sur l’ensemble, rares sont ceux qui poursuivent…

Dernièrement, j’étais invité pour une séance photos dans un joli karst du sud de la France. Nous étions six. La moyenne d’âge avoisinait les 65 ans et encore parce que j’étais présent, faisant chuter l’age moyen de l’équipe, dans sa prime jeunesse ! Dans le groupe, Jean, 67 ans. Il a découvert le monde souterrain pour la première fois à 62 ans. Depuis, plusieurs fois par semaine, il prospecte, découvre et réalise des explorations dans le massif situé non loin de sa demeure. Certes la vitesse de progression pour franchir les obstacles s’apparente à la norme en vigueur dans les années cinquante. Toutefois la passion est là, bien présente, ancrée, indéboulonnable.

C’est à mon avis vers ces personnes passionnées, qu’elles soient dans la fleur de l’âge ou plus riches d’expériences, qu’il faut œuvrer et faciliter la pratique de la spéléologie. Car l’important est là, comme le dit un de mes compagnons de jeux : « mon ciel bleu à moi c’est d’être sous terre… »

Interview »

[19 Juil 2010 | Commentaires fermés sur Alerte rouge sur les secours | ]

extraits des propos recueillis par Alain Douce dans Spéléo Magazine n°41
Des sapeurs-pompiers spécialisés, professionnels et volontaires, participent depuis longtemps aux secours souterrains. Qu’ils soient équipiers, chefs d’équipes, artificiers ou plongeurs spécialisés, tous bénéficient non seulement d’une formation très poussée mais aussi d’une pratique régulière.

Magazine »

[19 Juil 2010 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine n°41 | ]

Je me rappelle de cette remarque souvent entendue : « mais mon brave monsieur, tout fout le camp ». On pourra sérieusement le penser à la vue des innombrables dossiers en cours, toujours renouvelés, ressortant à la moindre occasion. Vous connaissez le serpent qui se mord la queue ? Malheureusement ces dossiers tentaculaires tendent majoritairement vers une restriction de notre liberté de pratiquer notre loisir de plein air, pourtant reconnu d’utilité public par l’État.