Home » Archive

Articles tagué avec : Doubs

Magazine »

[19 Avr 2013 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine 81 | ]

speleo8150 ans ! Ce n’est pas (encore !) l’âge de votre revue mais bien celui de la Fédération Française de Spéléologie (FFS). C’est certainement un moment crucial pour la vie fédérale ? Une période de questionnement sur la trajectoire à emprunter pour les années à venir. Quelle sera notre pratique souterraine ? Comment évoluer sans vendre son âme souterraine au diable (si ne n’est pas déjà fait) ? Même si la tanière de Dante se niche au creux de notre sous-sol. Comment concilier les tiraillements internes en fonction des sollicitations qui naissent au gré des rencontres, des envies, des opportunités, des humeurs du moment ; voir parfois des injonctions reçues en fonction des responsabilités prises. La conséquence la plus sereine est sûrement d’assumer ses actions pleinement, sans tricherie, sans faux semblent, le plus clairement possible en possédant une vision lointaine des choses (il existe de puissantes Leds !).

La spéléologie est un monde fermé. C’est une évidence. Et pourtant… c’est en la pratiquant que je me suis ouvert, par la force des choses, à de multiples rencontres humaines, à une grande variété de disciplines, techniques, scientifiques, culturelles et sportives. Le fil conducteur (la corde conductrice !) est, me semble-t-il, l’exploration. Chercher et découvrir des territoires inconnus, ici ou ailleurs, est un moteur qui ouvre des portes (porches).

Toutefois pour durer en « spéléologie » il m’est indispensable de pratiquer le « spéléisme ». Cette pratique aventureuse qui procure des suites de péripéties et de rebondissements. Elle constitue la trame d’une histoire naissante. On peut partager avec son voisin, comme un repère commun. Elle entretiendra ses capacités physiques, sa disponibilité mentale pour aller au-delà du connu. L’aventure est bien dans la tête de celui qui vit ce moment, ces instants.

De l’exploration du « trou de chiotte » à la conduite d’expéditions au fin fond de pays improbables, le lien, le fil, la corde, la Dyneema, qui nous relie tous, est bien l’ouverture vers d’autres horizons…

Serge Caillault

Nouvelles »

[1 Mar 2012 | 4 commentaires | ]

Le Comité départemental de Spéléologie du Doubs (CDS 25) est actuellement en train de négocier avec le propriétaire de la parcelle où se trouve l’entrée de la doline d’entrée de la Baume Sainte Anne pour que nous puissions créer un moyen d’accès permettant de ne pas endommager la clotûre de protection du site. Les propriétaires ont été un peu bousculés et affolés par le maire et c’est en bonne voie mais ils n’excluent pas de porter plainte contre une personne franchissant la clotûre… Je ne parle même pas du fait …

Magazine »

[14 Juil 2011 | 2 commentaires | ]

Une question me trotte dans la tête depuis quelque temps déjà. Je n’ose vous la soumettre : aujourd’hui, faut-il encore équiper les gouffres hors crue ? ! Une interrogation qui paraît bien saugrenue n’est-ce pas ! Elle semble à l’inverse des préconisations diffusées depuis toujours par notre enseignement spéléologique. La progression souterraine évolue en permanence, parfois influencée par des modes passagères. Observons un puits lambda. Nous trouvons des pitons et des spits qui datent de l’époque des échelles souples. Ils sont installés généralement au ras de la margelle, souvent à la hauteur des chevilles où le confort et les frottements n’étaient qu’une vue de l’esprit. Puis vint la généralisation de la remontée sur corde simple. Les ancrages sont installés afin que notre ficelle ne touche pas, en aucune mesure, la paroi. Après quelques événements dus à l’arrivée soudaine d’eau empêchant toute remontée vers la surface, nous avons cherché à équiper le plus loin possible de la colonne de liquide, parfois au prix de quelques acrobaties. Enfin l’élévation sur corde au moyen du bloqueur de pied a fait évoluer la philosophie de notre progression. Elle s’apparente étrangement au style de la remontée sur nos bonnes vieilles échelles d’antan. Un équipement contre paroi s’avère par conséquent plus performant, plus agréable, moins épuisant qu’une montée plein vide, en fil d’araignée ; il économise aussi les longues mains courantes, donc du poids, du temps, etc. Le frottement zéro reste préconisé même si les fabricants de corde cherchent et proposent depuis peu des produits résistant nettement mieux à l’abrasion. La science météorologique a bien évolué. Elle est devenue fiable sur plusieurs jours et précise sur une journée. Quand nous avons la certitude du « créneau » beau temps pendant toute notre course souterraine alors pourquoi persévérer à équiper hors eau, quand elle n’est pas au rendez-vous. L’himalayiste joue déjà avec les prévisions météo via son routeur pour tenter son sommet entre deux averses de neige… Les marins au long cours également… L’équipement souterrain fixe, prévu sur une longue période mérite toutefois d’être installé hors de la colonne d’eau. Bonnes explorations estivales.

Serge Caillault

Magazine »

[22 Août 2010 | Commentaires fermés sur Spéléo Magazine n°70 | ]

Il y a le camp du politiquement correct, partisan de la poigne de fer et langue de bois. Il y a les «malpolis » dont les discours détonnent, car les propos résonnent faux. Il y a les prêcheurs de la liberté qui deviennent au moindre changement les extrémistes de l’intolérance. Il y a… la liste est sûrement longue. Néanmoins, la bonne pratique de la spéléologie relève également du dialogue, surtout dans un monde qui chamboule toutes nos habitudes.