Catégorie :

Spéléo Magazine 79

Lapalissade aurait très certainement exprimé que sans lumière, impossible de progresser sous terre d’où en découle cette évidence : il est important de bien voir !

Nous avions l’éclairage acétylène, pas encore totalement disparu de la panoplie du spéléologue, certes, mais qui tend à disparaître peu à peu sauf pour certains irréductibles qui préfèrent une lampe à carbure qui se coince dans chaque anfractuosité où la flamme vacillante reste aléatoire à chaque pas, à chaque courant d’air, à chaque choc, à chaque goutte d’eau. Pour être bref, « un truc qui ne marche jamais mais qui néanmoins procure un semblant de chaleur et de luminosité monochrome à tendance rougeâtre certainement rassurante » aux nouvelles lampe à Leds dont la simplicité d’utilisation se résume à l’interrupteur « On » et « Off ».

Toutefois et comme à chaque nouvelle technologie, son lot de bricoleurs ­ « Géotrouvetout » proposent un produit plus performant que le précédent ou que le voisin comme une course permanente à recherche de la plus « grosse » ! Pour moi, la question demeure, en dehors d’une température de couleur proche du soleil et qui s’approche de notre angle de vision, qui consiste à savoir : faut-il voir de plus en plus loin ou de mieux en mieux ? Les deux me direz-vous… OK, mais alors, et c’est l’expérience qui parle : quand au cours d’une exploration souterraine, vous recevez une multitude de flashs intenses, tels des éclairs dans la cornée à la limite de la lésion irrémédiable, qui vous aveuglent à chaque fois que vous interpellez votre camarade du jour ; je vous assure que vous terminez votre randonnée passablement énervée en pestant contre celui (ceux) qui ne maîtrise (nt) pas la bienséance, donc la technicité du produit qu’il (s) porte (nt) sur le crâne et qui consiste à régler son spot quant on s’adresse à son voisin.

Voir bien et mieux tout à fait d’accord, mais pas dans l’aveuglement du toujours plus. Cherchons maintenant à gagner en poids et en autonomie… Quant à la chaleur de la flamme, elle est judicieusement remplacée, par des textiles de plus en plus performants, de plus en plus confortables, de plus en plus légers…

Serge Caillault

Publié le 
Catégorie :

Spéléo Magazine 78

Lors d’une récente conversation, la notion de « perception de la caverne » m’interpelle. Cette notion m’ouvre les portes à de ­multiples cogitations et réflexions ! Quelle est, à ce jour, ma perception de la grotte, de cet univers dans lequel j’officie avec joie et délectation…

La notion même de perception ne peut se comprendre qu’à partir de nous-même, de nos besoins, de nos valeurs. « Je vois le monde comme je suis », disait Paul Éluard, « et je ne le vois pas comme il est ! » Bref, le monde perçu est le reflet de nous-mêmes. Il agite nos joies et nos angoisses, ­rassemble nos préjugés. Il n’est ­certainement pas le monde objectif de la science !

À un niveau purement élémentaire et pour paraphraser Henri Bergson (philosophe) « c’est bien la grotte qui attire le ­spéléologue ! » Et le spéléologue y laisse des traces… Je pense aux fresques laissées par nos ­ancêtres préhistoriques à la grotte Chauvet. De véritables œuvres, inestimables qui ­méritent dès à présent et sans hésitation le label de patrimoine mondial de ­l’humanité. Je pense également, et sans commune ­mesure bien évidemment, aux signatures laissées par nos pionniers spéléologues : Martel, De Joly, Casteret… qui, quand nous les trouvons au détour d’un recoin, ­provoquent en nous des effluves de ­bonheur. Je réfléchis aux griffes, apposées sur les parois, de nos contemporains qui me laissent, en les observants, un arrière-goût amer. Pourquoi s’octroient-ils le droit de souiller notre environnement et en même temps est-ce une question d’époque, de temps ? Dans cent ans, ces graffitis n’auront-ils pas autant de valeur sentimentale que ceux de nos aïeuls ? Je ­revois aussi les peintures de Jean Truel ­inscrites (à jamais) sur les flancs de la ­traversée de Bramabiau, aux confins des ­Cévennes, où le sentiment d’incompréhension, voir même de profanation me ­submerge, m’autorisant toute forme de sentence à l’encontre de cet être qui a osé. Telle est ma perception ; sensible, naturelle et spontanée, vécue au contact des choses…

Bonnes explorations…

Serge Caillault

Publié le 
Catégorie :

Spéléo Magazine 77

L’exploration se fait de plus en plus difficile en France … mais les découvertes sont-elles aussi rares que cela ? Il faut être perséverant, tenace, garder espoir en toute circonstance même après de nombreuses séances de désobstruction ; quand un infime courant d’air, à peine perceptible nous tient en haleine ! Avec un déterminisme sans faille…

Je n’ose aborder le sujet des séances de prospections à travers le territoire. Tout semble parcouru en long, en large, et en profondeur. Il faut bien du courage, voire un brin de folie pour poursuivre dans cette quête de nouveau, de vierge, d’intact, de personnel, voire de « pur ». De tellement pur qu’il est parfois bien difficile d’échanger avec les autres.

Une fois mise à jour, que faire après le plaisir inoubliable de la première ? Amnistier ou partager dans un monde qui prône l’individualisme? Garder égoïstement ou offrir exclusivement ou convivialement cette parcelle de sous terre ? Publier ou pas ? Avec la possibilité, un jour ou l’autre, d’une redécouverte. Cet acte sera alors vécu comme un sacrilège, comme une profanation, comme un crêve-coeur… Fatalement ! Cruel dilemme qui renvoie à notre propre déontologie : quelle éthique adopter ?

Une autre option consiste, au contraire, à organiser des manifestations médiatiques auprès de ses confrères, auprès du grand public et exhiber nos savoir faire, nos passions et nos envies toujours renouvelées de se faufiler dans les arcanes de la Terre avec l’exaltation du partage.

C’est l’époque des élections nationales, de prime abord suivies aussitôt des olympiades souterraines… C’est le moment pour les « critiqueurs de tous poils » d’effectuer un acte fédéral et citoyen en accord avec leurs principes. Je ne puis, à cet instant, m’empêcher de partager avec vous cette phrase du célèbre alpinisme Walter Bonnati : « l’héroïsme aujourd’hui ? Ce serait plutôt de rester soi-même, de ne pas renoncer à être un individu, et un individu honnête… » Cela devrait être universel… N’est-ce pas ?

Serge Caillault

Publié le